InfOsaurus

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

samedi 17 août 2013

Trouble Is My Business

trouble_couv.jpgJotaro Fukamachi est détective privé. Logé dans le cabinet miteux d'une amie dentiste, son quotidien est fait de menu fretin - affaires de mœurs, personnes disparues, combines de yakuzas de bas étage. Armé de son flegme à toute épreuve, de son indégonflable ego et de ses dents (parfois avantageusement remplacées par un flingue de location), il sillonne les rues de Tokyo à la rencontre d'ennuis dont il a fait son gagne-pain mais dont sa carcasse de héros hard-boiled ne sort le plus souvent pas indemne. Eternel fauché, porté sur la boisson, père catastrophique d'une petite fille qu'il voit rarement, il reste un enquêteur acharné et jusqu'au boutiste ; au fond, un chevalier solitaire au grand coeur.

Taniguchi et Sekikawa ont mis dans Trouble is my Business tous les ingrédients du roman noir américain – l’enquêteur désabusé, la ville, figure omniprésente à la fois nourricière et poisseuse, imprégnée de violence, la femme fatale, les flics ripoux, l’ironie du sort, avec une pointe de parodie affectueuse à l'égard de leurs références d'outre-Pacifique. La série rend clairement hommage aux maîtres de ce genre littéraire : Chandler et son Marlowe, Dashiel Hammett et son Spade, mais aussi cinématographique. Chacun des 8-10 épisodes est construit comme un mini-film noir avec prologue, mise en chasse du détective qu'on retrouve en "voix off" à la première personne, un cocktail de scènes d'action et de mystère, et un dénouement qui en général vaut son pesant de cacahuètes.


trouble2.jpg trouble1.jpg


Trouble is my Business, comme tout bon pulp, se dévore en l'espace de quelques aller-retours dans les transports en commun. Avec son dessin old-school (loin des productions plus récentes de Taniguchi) mais diablement efficace, son papier subtilement cheap et sa mise en page soignée accompagnée de notes de l'éditeur français (belge ?), c'est un classique plein d'humour et de noirceur qui n'a pas pris une ride, une découverte savoureuse que je recommande aux amateurs de mangas et/ou polars.

trouble3.jpg

Les tomes 1 et 2 sortis au printemps 2013 sont disponibles chez Kana, le n°3 devrait paraître à la rentrée. C'est en tout 6 volumes parus au Japon de 1979 à 1994 qui seront adaptés en VF.

dimanche 15 août 2010

FreakAngels

Bon, c'est vrai qu'il est un peu tard pour les recommandations de livres d'été. Mais je me devais de vous signaler une BD moyen format qui pourrait être votre parfait compagnon sur la plage en cette fin de vacances (si vous avez la chance d'en avoir) : FreakAngels.

FreakAngels

Le pitch :

Londres, dans un futur pas si lointain. Une catastrophe sans précédent a ravagé la ville, la submergeant en partie sous l'eau de mer. Dans le calme post-apocalyptique du quartier de Whitechapel, les survivants se sont organisés tant bien que mal mais le manque d'eau potable et de vivres se fait cruellement ressentir.

Heureusement, les FreakAngels veillent.

Ces onze jeunes hommes et femmes aux étonnants pouvoirs télépathiques qui ont organisé le ravitaillement et la défense du quartier sont la seule lueur d'espoir de la population. Mais quels que soient leurs mérites, on comprend très vite que ces anges ont aussi leur part d'ombre et des travers bien humains, à commencer par Mark, le douzième membre renégat exilé dans le Nord. Tout commence lorsqu'une jeune fille, Alice, est envoyée à WhiteChapel par Mark pour abattre l'un des autres FreakAngels...

page15 page16 page17 page18


Réalisé par deux Anglais, Warren Ellis et Paul Duffield, dont le style mêle manga européen, comics et ligne claire, FreakAngels se déroule dans un monde de disaster fiction désabusé mais inventif, à l'image de ses habitants qui doivent faire preuve d'ingéniosité pour survivre. Un peu comme dans la classique BD Neige, un petit groupe d'individus détient la clé du désastre qui a frappé la région, et, qui sait, pourra peut-être réparer les dégâts.
Ce qui fait l'intérêt de FreakAngels, c'est que malgré les pouvoirs de super-héros des personnages pricipaux, on est loin d'avoir affaire à des sauveurs au-dessus de tout reproche. Les membres de la bande sont tour à tour violents, paranoïaques, nymphomanes, parasitiques, névrosés, et passent une bonne partie de leur temps en franches engueulades (dialogues savoureux signés Ellis) avec des conséquences fâcheuses, pouvoirs psy obligent. Loin d'être entièrement axé sur le paranormal, le comic fait la part belle à l'humanité des personnages. Avec ou sans pouvoirs, ce sont avant tout de jeunes adultes paumés qui tentent tant bien que mal d'assumer (ou pas) les responsabilités qui leur incombent dans ce monde bouleversé.

FreakAngels 1 est sorti il y a peu en français aux éditions du Lombard mais c'est à l'origine un webcomic hebdomadaire gratuit proposé par les auteurs sur www.freakangels.com. La VO est donc disponible gratuitement jusqu'au tome 5... de quoi craquer en attendant le deuxième livre en VF ;)